Pensée n°7 : Un destin

Pendant ces trois jours j’ai marché le long des falaises. Je voyais les gens d’un part se balader comme sur le GR21 qui longe les falaise et d’autres en bas sur les plages de galets. Ainsi, je décide de faire de même ce qui me permettra d’avoir des photos différentes, des photos depuis le pieds des falaises. Je cherche en vain un passage, un chemin, une indication mais rien n’y fait, je reste en haut et d’autres marcheurs se retrouvent en bas. Je m’affole et tente de demander à d’autres personnes comme accéder en bas. Je suis malheureusement entouré de touristes et tous se répondent par la négative ou dans des langues étrangères à mes neurones : je suis seul dans l’univers. Je rentre pour noyer mon chagrin sur la plage d’Etretat et que vois-je : des gens comme vous et moi marchant sur l’eau. Est-ce un mirage , un miracle? Je ne sais pas, je ne sais plus, j’ai peur. Non ce n’est que la marée basse. En fait lors de la marée basse, les gens peuvent se rendre sur les autres plages en empruntant un passage « secret » qui se dévoile uniquement lors des marrés. Tout comme eux j’ai l’impression d’être extraordinaire et je vais gaiement en chantonnant des chanson païennes sur les autres rives avec mon appareil photos. Un appareil photos numérique. Plus je m’évade et me laisse emporter par ce joli paysage et l’aire marin et moins je croise de marcheurs.

Soudain je réalise que je suis seul, que la nuit tombe déjà depuis un petit moment et surtout je ne reconnais pas ce joli paysage qui me faisait tant rêver. Où sont passés les petits rochers sur les quels je marchais, où sont toutes les moules et les animaux marins qui vivent sur ces rochers décorés d’algues de formes ondulantes? AAAAH c’est la marée montante, C’est HOOORRIIBBLLE, déjà le chemin que j’avais emprunté est recouvert par l’eau : c’est soudain évident que l’on me veut du mal, on veut me nuire. Je cours pour revenir sur la passage secret qui sépare le monde marin de celui des hommes. Ainsi j’ai triomphé de mon destin et de la volonté mythologique qui aurait fait de moi un héros des légendes normandes. J’ai été plus fort que la marée montante qui m ‘avait attrapé les genoux pour que je reste prisonnier de la mer.

Publicités

Publié le novembre 11, 2009, dans La pensée du jour. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :