Pensée n°24 : des mots comme ils viennent.

Nous étions tous rassemblés autour d’elle. Elle semblait venir de nul part. Des journalistes, des photographe, des amateurs et moi. Moi j’y étais pas hasard. Allant nul part je me suis rendu ici et là. C’est ainsi que  j’ai fait ta connaissance toi qui en savait plus que moi, toi qui attendait ce rendez-vous depuis plusieurs semaines. C’est en faisant tombé ton carnet à dessin  sans t’en rendre compte que nous avons fait connaissance. Je l’ai pris et t’ai suivi pour te le rendre. J’ai attendu que tu t’installes au café du musée. C’est alors que je t’ai abordé pour te rendre ton cahier et tu m’a proposé de prendre un verre en ta compagnie.

 

Ps : c’est un texte écrit à la volée sans chercher le mot qui suit pour raconter quelque chose si ‘est possible.

Publicités

Publié le mai 29, 2011, dans La pensée du jour. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :