Livre 28 : Le centaure dans le jardin.

Au premier abord, la lecture est simple, un peu naïve. Mais le livre est comme un conte philosophique…

51lTNTQ0bbL._SL500_AA300_

Guédali est donc un centaure. il est élevé en secret par sa famille. Il tentera de s’enfuir de sa petite chambre où il vit reclus et commence alors  son voyage à travers la vie, les continents, les joies et les malheurs. Le centaure est une métaphore de tous les exclus de notre société. Ceux qui ne sont pas comme les autres, ceux qui se sentent différents… mais qui ne le sont pas.  Le personnage n’est jamais plaintif et c’est cela qui rend le livre et la lecture riche, nouvelle. Le récit lui est très réaliste, c’est cela qui confère le côté philosophique. C’est un peu le « candide » des temps modernes.

Note : 8/10

Publicités

Publié le octobre 16, 2013, dans Lecture. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :