Archives de Catégorie: théâtre

Ogres

OGRES teaser from Compagnie des Ogres on Vimeo.

Publicités

Orges

Bon, ben, voilà, comment dire, je me suis laissé emporter. Traiter de l’homophobie de façon intelligente, mélant les points de vue, l’homo, l’hétéro, l’agresseur, l’agressé… C’est un voyage sur la planète, dans les pays où les homosexueles sont maltraités, malmenés et parfois plus. La mise en scène et la possession de l’espace sont très bien pensés. Nous, spectateurs, ne croisons pratiquement jamais le regard des comédiens et les deux scènes où ils nous regardent c’est pour intensifier ce qu’il s’y passe.

1) Quand Lukas est malmené par des jeunes, j’avais le souffle coupé. C’est une scène plus que forte, la tension est palpable et les comédiens impréssionnants.

2) Le discours des « Frères » d’Ouganda m’a glassé le dos. Une dame derrière moi riait de nervosité. »Nous prions au nom de Jésus, donnez-nous une Nation sans hommosexualité…Nous demandons l’incarcération à perpétuité pour tous les homosexuels d’Ouganda, la peine de mort pour ceux atteints du sida… »

Il y a les quelques moments de chant pour adoucir ce qu’il s’y passe. Moi qui suis musicien je n’ai pas été insensible à la bande son : c’est du velour. Bref je tire ma révérence à l’auteur, le metteur en scène, les comédiens pour ce travail finement mené. C’est agréable de s’apercevoir que des jeunes comédiens n’hesitent pas à jouer du théâtre dont le sujet n’est pas si facile. Ils n’ont pas choisi la facilité et on les remercie.

Ogre

Pixel

pixel-pourquoi-la-piece-de-mourad-merzouki-est-un-carton,M296985

Un petit tour de 40km jusqu’à Rambouillet pour assister à un spectacle de danse. De danse ? Oui de danse!! Du hip hop mélangé à de la danse contemporaine. Me spectacle de Mourad Merzouki a beaucoup de qualité.

  1. Les danseurs et danseuses sont évidemment excellents.
  2. La chorégraphie est varié, elle semble fluide , facile à faire, belle à regarder.
  3. Le déplacement des danseurs sur le sol se fait sans un bruit et cela est très impressionnant. Certains ont des chaussures et pourtant tout semble fluide. Le frottement des chaussures, des vêtements ou de la peau sur le sol ne laisse aucun son…même quand il n’y a pas de musique (hi,hi)
  4. La musique est très agréable et variée. Il est en fini de la musique du hip hop des année 80′.
  5. Le mariage des genres : danse hip hop, accessoire du cirque avec le cercle métallique, danse contorsionniste
  6. Et enfin un spectacle moderne avec l’utilisation de l’ordinateur/vidéoprojecteur : les pixels prennent vie avec les danseurs.
  7. Un point personnel  : il émane de ce spectacle de la sensualité entre les danseurs, chose rare dans le hip hop

Merci alors pour ce spectacle. Le public était aussi très chaleureux dans les applaudissements de fin. Vous nous avez époustouflés. Merci, Merci.

La culture est gentille…

Hier une collègue de l’école avait deux places à vendre pour le spectacle de Philip Gentil. Je connaissais uniquement de nom et du coup de me suis dit que c’était l’occasion de découvrir le spectacle et la salle Marcel Carné. 1h30 de rêverie, de voyage, de rire, sourire… C’est à la fois du théâtre, un peu de danse…je vous laisse découvrir le vidéo qui retrace les moments forts.

Acte 16 : Eddie Izzard

Eddie Izzard est en ce moment à Paris, au théâtre de dix heures. Je ne le connaissais pas la semaine dernière. Mon copain a déniché, par hasard, un sketch sur une parodie de Star War. Puis la curiosité nous emmène à trouver un sketch en français et hop…hop…hop… on découvre qu’il passe à Paris. Ni une, ni deux , ni trois nous avons acheté nos places et…c’était bien. C’est un peu comme du « stand up ». Bon, moi, je ne suis pas fan du style « stand up »…mais je m’y fait, il saute d’une idée à une autre parfois sans lien entre les deux , mais on s’y fait et c’est drôle. Il faut surtout laisser son imagination matérialiser ce qu’il dit dans notre tête et on passe un bon moment.

Acte 16 : Le jour J

Demain lundi 28 mars sera le jour J.
Pour commencer le Jour J de la représentation de notre travail sur Martin Crimp « tout va mieux ». C’est un travail sur la choralité. Un travail qui nous permet de partager le plateau à plusieurs sans avoir de premier ou second rôle. Tout le monde est sur le plateau , tout le temps de la représentation; De cette manière il y a un équilibre des jeux, des humeurs… Le travail de choralité n’exclut pas la personnalité de chacun, cependant le jeu est pour l’unité du groupe, pour renforcer une appartenance et non une singularité.
Ensuite c’est aussi le Jour J de ma première exposition de mon travail en tant que metteur en scène. J’ai la chance de présenter trois travaux : un monologue, un trio et une scène comprenant 8 personne sur le plateau. La dernière scène reprend le travail sur la choralité.
Après cette représentation, j’arrête les cours de théâtre à l’Ecole de Théâtre de Corbeil Essonne. Voici trois ans que je prends des cours 6 h par semaine. Ma soif de connaissance s’épuise et la fatigue cette année m’amène à ne pas finir l’année avec le groupe mais à m’arrêter trois mois avant.

Acte 15 : mis en scène

Depuis le début du mois de février, j’ai la possibilité de m’essayer à la pratique de « la mise en scène ». A la fin du mois de mars, notre groupe de théâtre présente au public le travail réalisé. Ce travail est composé de deux travaux sur deux textes de théâtre : Martin Crimp et Sarah Kane. le premier extrait est un travail sur le choeur. Nous sommes tous les 8 sur scène et le texte est réparti entre nous tous. De cette façon, il n’y a pas de personnage principal.
c’est avec le texte de Sarah Kane que J.P. nous a laisséla possibilité de travail sur la mise en scène. En ce qui me concerne, j’ai choisis de travailler sur une scène que j’ai aimé durant la lecture. Puis Marie souhaitait travailler sur un monologue et que quelqu’un l’aide dans sa mise en scène. Elle m’a choisi. enfin J.P; notre intervenant voulait absolument que l’un d’entre nous fasse essaye de travailler sur la mise en scène avec tout le groupe : un travail de choeur. Personne n’a voulu s’y atteler. Donc pour apprendre et me lancer un nouveau défis, j’ai accepté de m’essayer à la mise en scène avec le groupe entier, 8 personnes, un travail de choeur.

Acte n°14 : la rentrée d’ocrobre

Il y a la rentrée d’août pour les politiciens et les acteurs (actrices) du petit écran et de la radio. Puis en septembre, c’est la rentrée scolaires pour les bambins de 3 à 15ans. Il existe aussi la rentrée d’octobre, celle des universités pour les acharnés des études de 17 à 77ans. Et il y a aussi ma rentrée qui est aussi une rentrée d’octobre : c’est ma rentrée théâtrale. Depuis le 11 octobre je reprends les cours de théâtre. C’est donc la troisième années consécutive dans cette école de théâtre. j’ai la chance d’avoir des nouveaux intervenants, ce qui m’ouvrira vers une autre vision de la pratique théâtrale. Mais j’ai aussi la chance et le plaisir de retour les anciens intervenants, afin de poursuivre la pratique mise en oeuvre l’année passée. Désormais, tous les lundis et jeudis, je quitte mon statue d’enseignants  et j’intègre celui d’enseigné. Je quitte l’estrade pour la scène.

Acte 13 : J-5

Voici deux semaines où je n’ai pas fait signe. premièrement je suis parti avec mes élèves sur l’île d’Oléron pendant une semaine. Puis de retour en mon chez, je suis épuisé et j’ai beaucoup dormi le week-end dernier. Maintenant que je me sens un peu plus réveillé je dois attaquer une semaine de répétition au théâtre car nous jouons la semaine prochaine,vendredi 25 soir et dimanche 27. Tous les soirs de la semaine à venir sont consacrés aux répétition de 20h à 23h. On y ajoute la fête de l’école, les trois dernières réunion pour préparer la rentrée 2010, et je dois en oublier  d’autres… Je sens déjà la fatigue me reprendre. Vivement le 10 juillet que je sois définitivement en vacances. Le théâtre cette année, on présente une pièce écrite par Danielle Salnave. C’est un écrivain qui connaît notre prof de théâtre donc la deuxième raconte à la première qu’elle donne des cours de théâtre à des « débutants » et l’autre lui propose de lui écrire une pièce. Donc nous avons la chance de jouer une pièce écrite rien que pour nous et de présenter une pièce en entier . Non pas comme l’année dernière où c’était que des extraits de pièces de théâtre.

Théâtre : acte 12

Parfois mon activité théâtre me met hors de moi.

Premièrement, j’ai du mal à accepter que tout le monde ne passe pas durant les trois heures. Nous sommes 14. Je ne remet pas en cause ceux qui ne veulent pas passer par timidité, c’est leur choix. Mais C’est regrettable que l’intervenant ne parvienne pas à se préoccuper du timing afin que tous puissions nous exprimer sur l’exercice du jour.

Deuxièmement, quand on décide de prendre des cours de théâtre, de pratiquer cet activité depuis 3 voire 4 ans, j’ai beaucoup de mal à accepter que certains élèves fassent de la résistance passive. Refuser dans rentrer dans l’exercice demandé, se fermer dans une incompréhension volontaire est de l’irrespect face à l’intervenant et aux élèves qui à l’occasion deviennent le public.

Le théâtre comme la musique ou toute autre forme d’art est une mise en danger de soi dû aux regards d’autrui, si l’on veut progresser et s’émanciper il faut accepter cette contradiction du plaisir par la contrainte.