Archives de Catégorie: mon travail

La rentrée, un nouveau départ

Voici 10 ans, 10 ans où j’ai débuté mon métier de professeur des écoles. J’ai débuté avec un Ce1 et j’ai fini avec un Ce1. Durant ces 10 années, j’ai navigué dans tous les niveaux, du CP au CM2, puis le numérique est rentré dans ma pratique de classe. Le vidéoprojecteur, la tablette, le kit informatique et voici qu’en mars 2016 je passe l’entretien pour prendre le poste de PRI (Professeur Ressource Informatique) appelé aussi « Animateur numérique ».

Alors voilà, lundi 29 août sera ma rentrée scolaire en tant que PRI. Je stresse un peu car j’ai une vague idée de ce qui m’attend. Par chance, nous sommes deux à débuter dans cette prise de fonction. Très souvent, les gens pensent que changer de poste, de fonction est le résultat d’une perte de motivation. Pour moi, il s’agit d’une suite logique des événements. après deux ans avec un kit informatique comprenant un Ipad, une visionneuse et un vidéoprojecteur, ma pratique de classe à changé et ma nature est de nourrir ma curiosité.

Outre le fait de changer de métier et d’environnement, la prise de ma nouvelle fonction a des répercutions sur un autre avenir plus ou moins proche. En Changeant de fonction, j’ai perdu mon poste et mon école de rattachement. Donc si l’envie me prend de revenir parmi les enseignants, je serai obligatoirement affecté dans une nouvelle ville, donc nouvelle école. Mais pour l’instant ce n’est pas ma préoccupation première car j’ai bien l’intention de m’épanouir dans mon nouveau métier.

Publicités

Un tour à Paris

Cet été, des amis m’ont offert un catalogue de la boutique « le géant des beaux arts ». Cela parait idiot, un catalogue. Mais  pas du tout, c’est une boutique spécialisée dans la pratique des arts plastiques. Hier, samedi, j’ai décidé d’y faire un tour. J’y ai trouvé évidemment ce que je cherchais et d’autres choses. A la fois pour mon propre loisir, le dessin et pour ma classe. Cette année je souhaite faire une fresque. Alors afin d’y avoir une unité dans les couleurs, j’ai acheté 50 feutres de la même marque. De cette manière quand les élèves colorieront leur dessin, toute la classe aura les mêmes teintes, les mêmes pigments. De ce fait une unité apparaîtra au moment de l’accrocher sous le préau de l’école.

En Vrac

Cette fin d’année est tellement chargée en événements que je n’arrive pas à vous en faire part. Il me faut terminer la préparation du spectacle de fin d’année de l’école, et cette année c’est un spectacle, dans un salle où on lieu des manifestation . Ce qui implique une sono, des éclairages, des musiciens…et des contraintes.                                                                                                                                                  Ensuite avec mon homme, nous somme allés à Provins pour le week-end Moyenâgeux. C’était un dimanche magnifique, nous avons pu assister au défiler et nous promener dans la vielle ville où l’ambiance était du XII siècle.   Il me reste à aller voir la représentation de mon groupe de théâtre, rencontrer S. (mon amie d’enfance) dimanche à Paris et  participer au dernier conseil d’école.

Des questions sans réponse (?)

Par moment je dois prendre des décisions dans mon travail, avec mes élèves. Cet après-midi, l’un d’entre eux à refusé de travailler et je n’ai pas pu plus faire décrocher un mot. La raison, je la connaissais mais se sont les autres élèves qui me l’ont dite. De mon point de vue de pédagogue, j’attends que ce soit lui qui s’exprime, qu’il me dise pourquoi il offre une attitude d’opposition à ce moment. Ainsi il a passé sa récréation dans le bureau de la directrice. N’ayant pas travaillé, il n’avait pas de récréation. Puis j’en ai informé les parents qui, par ma chance, sont de mon avis et d’un commun accord, il se retrouve avec un travail supplémentaire à faire à la maison, signé par les parents. En fin de journée, il s’est expliqué et nous avons pu installé un dialogue sur les attitudes à adopter en classe et en groupe avec les autres élèves.

Le soir de retour chez moi, je repense à cette journée et à chaque fois je me demande si j’ai bien agit. La sanction est-elle méritée ? Le dialogue suffit-il pour faire avancer les idées et les opinions.

L’élève doit-il toujours être face à une sanction de l’adulte pour progresser ? Ce sont les jours suivant qui me permettront de juger l’efficacité de mon intervention.

ma classe : île d’Oléron

Je suis pendant une semaine avec ma classe à l’île d’Oléron. C’est une semaine où les apprentissage sont basés sur les sciences :

la biodiversité, le cylce de l’eau, la construction d’un cerf-volant et jeux au bord de l’eau.

Nous avons la pluie le matin et grâce au vent, le soleil est parmi nous l’après midi. les élèves sont toujours en activité. Il y en a un peu de trop à mon goût. Il faut que les enfants s’amusent et se reposent comme ils le désirent et pas toujours sous les consignes des adultes. C’est une île très belle et présèrvée.

Ma classe : Keith Haring

Les élèves ont bien apprécié de travailler sur l’artiste plasticien Keith Haring. Cependant à la vue des productions des élèves certaines de mes collègues ont annoncé que c’était « laid ». Je leur ai expliqué qu’il s’agissait d’art plastique et donc que la notion et la valeur du beau n’est pas à prendre en compte. Etant fière du travail de mes élèves, lundi soir je décide de l’afficher dans le couloir central de notre école, un couloir qui mène aux salles de classes. Ce midi, d’autres ont fait part de leur jugement négatif de ce travail. Il m’en faut très peu pour que je persiste. J’ai décidé de poursuivre, ainsi vendredi après-midi, journée réservée aux arts plastique, les élèves seront munis d’un rouleau de chatterton pour matérialiser leur propre silhouette sur les murs de nos couloirs. Comme si les élèves avaient servi aux personnages de Keith Haring. A suivre…

Pour l’instant je vous laisse juger le travail des élèves à côté d’un sticker représentant le travail de l’artiste.

la semaine chococlat

Mercredi 2 décembre,  je suis allé sur Paris pour acheter tout ce qu’il me faut pour initier mes élèves à l’art de faire des  chocolats  de Noël. J’ai acheté 5 kg de chocolat de couverture, 3kg de praline noisette-amande, 1 kg de beurre de cacao, 2kg de feuilletine et 1 kg d’écorce d’orange confite. J’ai pris le RER c’était bien plus simple pour moi, le RER m’a déposé aux halles puis une petite marche à pied de 10 minutes pour arriver à la boutique « G.DETOU ». Enfin avec mon sac à dos et deux sacs carrefour me voilà prêt à reprendre le RER (avec mes 12 kg de préparation alimentaire) pour rentrer chez moi où ma voiture m’attend à la gare routière. Nous installerons l’atelier chocolat au fond de la classe et nous commencerons par le plus simple « la friture » pour ensuite continuer avec  « les écorces d’orange » enrobées de chocolat et enfin des « bonbons à la praline » enrobés de chocolat.

ma classe : Keith Haring

Avec mes élèves, nous avons découvert le peintre Keith Haring. En analysant la manière de reproduire ses personnages, les élèves ont eux aussi dessiné des figurines qui bougent, qui sautent. Sachant que Keith Haring était un artiste engagé, il m’a été difficile de trouver des reproductions qui ne soient pas imprégnées d’une quelconque connotation sexuelle ou pulsion de mort.

haring

haringdansemulticolor50x120

Conférence samedi matin

Hé oui les instits travaillent aussi le samedi matin. J’avais une réunion, conférence avec tous les instits de la circonscription et Monsieur l’inspecteur. ce fut trois heures d’ennui car la conférence était monotone, monocorde et monopolisée par une seule personne. Rien ne rendait cette réunion dynamique. Nous assis en bas, lui devant le rétroprojecteur, lisant ses notes pendant trois heures. Même s’il y a mis des touches d’humour comment voulez-vous rendre une tel situation intéressante quand il n’y a pas d’échanges. Ce n’est pas parce que nous sommes des adultes qu’il est plus facile pour nous d’être concentré trois heures. L’éducation nationale doit encore faire des efforts.Je suis pour revoir la notion de conférence surtout quand elle est imposée. Car pour dire vrai, maintenant que je suis chez moi, cette conférence va-t-elle me permettre de mieux travailler : non. On nous présente un formulaire qui en remplace un autre mais le travail est le même. Il ne faut pas s’étonner que les adultes parlent entre eux au lieu d’écouter ce qui est dit. (Damien)